Publié le 10 juillet 2024 Mis à jour le 11 juillet 2024
du 1 septembre 2024
au 30 juillet 2025
En distanciel (visio / live), En co-modal

« Rationalité de l’Action Pour la Transition Écologique et Sociétale »
Séminaire COPPE (Brésil) - Lyon 2 (France)


L’accroissement des externalités sociales et environnementales actuellement provoqué par les milieux de production conduit à rechercher de nouveaux modes de travail (couplés à une évolution des modes de consommation), ayant pour finalité de mieux prendre en compte les enjeux écologiques, environnementaux et sociétaux. Dans ce contexte, les notions de projet et de conduite de projet apparaissent comme un véhicule de la transition, qui renvoient à une transformation qui est à faire. Ces notions mobilisent en effet une épistémologie actionniste (en accord avec de nombreux auteurs, Boutinet, Constant, etc.). Et désignent un ensemble d’activités individuelles et collectives organisées, finalisées et contextualisées, qui ont pour ambition de contribuer à l’émergence de situations jugées préférables.

Cette orientation de recherche « actionniste » n’est nullement nouvelle en ergonomie (France) et en génie de production (Brésil) puisque depuis plus de 30 ans, tout un ensemble de recherches et d’interventions se sont attachés à développer des bases conceptuelles et méthodologiques à cette notion de conduite de projet.

Cependant, et comme d’autres champs de recherche en font également l’expérience, il apparait que ces travaux ont été profondément marqués par une logique industrielle. Les enjeux contemporains, de durabilité et de soutenabilité, sont sources de ruptures qui appellent d’autres manières de concevoir. Il s’agit de redesigning Design (John Chris Jones), redirective practice (Alastair Fuad-Luke’s & Ann Thorpe) et changing the Change (Ezio Manzini), pour ne reprendre que ces quelques formules.

Semblent en particulier émerger des interrogations qui sont relatives à au moins trois dimensions :
 
  • L’échelle territoriale à laquelle sont conduits ces projets, en particulier du fait des enjeux écologiques et environnementaux, alors que l’essentiel des travaux ont jusqu’ici été menés à l’échelle de l’entreprise et de ses frontières.
  • L’accroissement de la diversité des logiques qu’il faut nécessairement prendre en charge et associer à la conduite du projet, dans la mesure où une transition écologique, environnementale et sociétale engage nécessairement une très large gamme d’acteurs (producteurs, consommateurs, citoyens, élus…), alors que les projets ont jusqu’ici été mené en associant principalement les concepteurs et les opérateurs.
  • La remise en cause de l’innovation technique « descendante » au profit d’une dynamique émergente d’innovation institutionnelle, alors que les projets ont centralement été menés en ayant pour focale la dimension technologique, qui reste d’actualité mais dont le rôle doit être relativisé.

Objectifs :


Dans ce contexte, le séminaire RAPTES se propose de prendre pour focale les rationalités de l’action (c’est-à-dire les arrière-plans conceptuels, axiologiques et praxiques qui orientent l’action) mobilisées pour conduire des projets à portée écologique et sociétale. Dans ce cadre, le séminaire poursuit 4 objectifs :
 
  • Identifier, analyser et partager collectivement l’analyse que nous faisons de travaux de recherche (nationaux ou internationaux) également engagés dans cette orientation de recherche. On peut, par exemple, citer les travaux menés au sein du social design et du transition design. Nous faisons l’hypothèse que d’autres orientations ou courants restent à identifier, et pourront contribuer à nos débats.
  • Présenter les projets que nous menons, en France et au Brésil, en les mettant en lien ou en tension avec les publications internationales du domaine, dans une logique de regard croisé. Nous faisons l’hypothèse que la dimension du travail est trop peu constituée dans les travaux internationaux, bien qu’elle constitue un enjeu majeur. L’objectif est de stabiliser notre propre rationalité d’action, en lien avec les transitions du travail, au sein du domaine.
  • Identifier, et consolider un ensemble de méthodes et de techniques cohérentes, avec une rationalité de l’action destinée à la conduite de projet à portée écologique et sociétale.
  • Réaliser une publication finale, en ayant pour ambition de prendre une position collective au plans nationaux et international. Cette publication sera réalisée en français, en portugais et en anglais. Sa forme (articles, numéros spéciaux de revue, ouvrage …) sera discutée collectivement durant le séminaire.

Format :


Le séminaire se déroulera en visioconférence, avec traduction (français-portugais & portugais français) pour les présentations réalisées. Il se déroulera à raison de 5 réunions / an, qui se tiendront de septembre à janvier, et d’avril à juillet (environ une réunion tous les mois ½). Il sera ouvert uniquement à des chercheurs associés aux équipes lyonnaise et brésilienne (enseignants chercheurs, ingénieurs de recherche, doctorants …). Les sessions seront enregistrées et mises en ligne, à des fins de diffusion, mais aussi de mise en patrimoine et de valorisation.
 

Enregistrements :

 
Première session :
Session introductive du 26 juin 2024.

→ Enregistrement de la session


 

Informations pratiques

Lieu(x)

En distanciel (visio / live), En co-modal

Partenaires

Logo IMU